Positivons?

Publié le 1 Novembre 2016

Voilà plus de trois semaines que je n'ai pas posté d'article "Positivons". J'ai essayé, mais je n'y arrive pas.

J'ai bien noté quelques moments heureux: une après-midi chez ma marraine, la visite d'une copine pour le goûter, des compliments reçus au travail, une demi-journée passée à la mer... Certains jours il m'est totalement impossible de penser à un moment positif - généralement les jours que je passe seule bloquée dans mon lit ou pendant lesquels je ne sors que pour aller voir un médecin. Certains jours, j'ai des moments, qui devraient être positifs (déguster un bon dessert, visionner une chouette série, passer une heure de travail constructive et agréable...) mais qui ont perdu de leur saveur et sont entrés dans la routine. J'ai toujours eu horreur de la routine. Quand je travaillais normalement, je changeais de boulot tous les ans (si pas plus souvent), je déménageais sans cesse, j'étais tout le temps sur la route. Dès que la routine s'installait, je faisais ma valise et je changeais de vie.

Aujourd'hui, je ne peux pas me voiler la face: depuis 3 semaines, ça ne va pas.

Je suis anxieuse. J'ai peur. Je suis terrifiée

Voilà plusieurs mois que je me suis faite à l'idée que je serai peut-être malade pendant encore des années, qu'il va falloir que je trouve une façon de vivre adaptée à ma situation médicale. Le deuil de ma vie d'avant n'a pas été facile, mais je pense l'avoir fait (du moins, en grande partie).

Ce qui me fait peur aujourd'hui, c'est de devoir affronter la maladie dans la précarité. J'ai toujours cru en l'adage "Travailler plus pour gagner plus". J'aime mon travail, je ne comptais pas les heures. Travailler le soir et le weekend ne me faisait pas peur. J'ai fait des études me permettant d'être rapidement sur le marché du travail. Je voulais être indépendante, active. Travailler pour m'acheter un appartement et mettre un toit sur ma tête, pour me mettre à l'abri. Maintenant que je suis incapable de subvenir seule à mes besoins (je travaille 2h par semaine), je dépends des indemnités maladie. Mes revenus ont diminué de moitié. Mes frais médicaux ont explosé.

Et je m'inquiète: "Et si je ne guéris pas? Et si je ne peux pas reprendre le travail avant 2,3, 10 ans... Que vais-je faire? Comment vais-je faire?"

J'essaie de me rassurer: "je vais m'en sortir". Je m'auto-motive:  "je vais trouver une solution". J'y perdrai sûrement des plumes, mais je ne peux pas me laisser couler. Derrière les nuages se cache le soleil. Au fond de moi, je sais que je vais rebondir. Ce qui m'effraie c'est de ne savoir ni quand ni comment.... pour le moment. 

Positivons?

Rédigé par Anna

Publié dans #SFC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article